Bisphenol A, encore et toujours

Lors de mon dernier billet sur le bisphenol A, j’ai cherché en vain un article d’Avent que ma boutique de puériculture m’avait présenté lors de mon “enquète” au mois d’octobre et que j’étais sure d’avoir vu sur leur site. Je ne l’ai toujours pas trouvé mais une fille que je connais m’a donné ce lien la : lien Avent (il suffit de cliquer sur le lien à droite : A propos du bisphenol A)

Depuis octobre, le discours a un peu changé. Alors qu’en octobre il nous rassurait et ou on nous parlait d’une stratégie commerciale d’un concurrent, cette fois la marque s’est enfin décidée à proposer un biberon sans bisphenol A. Il est temps pour les marques de comprendre que nous n’avançons plus comme des moutons et que nous tenons à la santé de nos enfants.

Je salue les efforts de communication d’Avent sur le sujet et bien sur que la gamme de biberons qu’ils proposent au Canada arrive bientôt en France. Je précise par contre que dans leurs propos traitant du bisphénol A, ils parlent de l’avis de FDA (agence sanitaire américaine) et de EFSA (agence sanitaire européenne) mais qu’ils ne parlent de Santé Canada que comme ne s’étant pas prononcées. Ce qui n’est pas en accord avec le message de l’émission complément d’enquète.

“Philips s’engage à toujours appliquer le principe de précaution, et c’est pourquoi le BPA fait partie d’une liste de substances contrôlées, ce qui indique que l’usage de ce produit chimique est approuvé par les autorités mais que son application doit être rigoureusement contrôlée et des solutions alternatives recherchées.”

Personnellement je ne vois pas en quoi utiliser une molécule qui doit être controlée est compatible avec le fait d’appliquer le principe de précaution….

“Selon l’EFSA, un nourrisson de 3 mois allaité au biberon et pesant 6 kilos devrait boire plus de 4 fois le nombre habituel de biberons avant d’atteindre le seuil de tolérance TDI* (Tolerate Daily Intake, seuil de tolérance quotidien).(* Le TDI est une estimation de la quantité de substance, exprimé en poids, qui peut être ingéré quotidiennement au cours d’une vie sans que l’on puisse déceler de risques notables.)”

Ce qui me gène dans cet argument et qu’on ne prend pas en compte la durée d’exposition à cette molécule. Ils parlent d’un enfant de 3 mois mais pour les bébés non allaités, ils sont au contact de la molécule quelques heures après la naissance jusqu’à 3 ou 4 ans, voire plus suivant les parents… au début avec 6 biberons par jour voire plus (bon ok je suis pas pro en biberon donc je ne sais pas quel est le nombre de biberons que prend un nouveau né)…. puis 4 puis 2 jusqu’aux 3 ans de l’enfant puis 1 pendant encore quelques années suivant les familles. Sans compter toutes les expositions à cette molécule que l’on retrouve dans notre alimentation (comme par exemple dans les bouteilles de lait de croissance et autres contenants plastique).

Bien sur Avent (Philips) et les autres fabricants respectent la réglementation mais je m’interroge quand meme de l’effet de cette molécule même en petite quantité sur des organes en formation et plus précisément sur celui des petits garçons car le bisphénol A est une hormone de synthèse utilisée au départ pour traiter des problèmes de stérilité féminine….

Si vous souhaitez éviter cette substance dans les biberons de vos enfants, plusieurs choix s’offrent à vous :

– utiliser des biberons en verre (mais avec un farfadet de 2 ans, je préfère éviter les risques lol)

– utiliser des biberons en polypropylène comme les biberons Dodie Mam (mais uniquement cette gamme dans cette marque là), Medela

– utiliser des biberons en PES (polyethersulfone) : les biberons Green to grow, B free, bientôt les nouveaux biberons Avent qui ne contiennent pas non plus de phtalates.

– utiliser des biberons dans une autre matière comme les biberons Nuby en silicone

Related Post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.