I was dreaming of the past and my heart was beating fast

Je n’arrive plus a dormir. Plus du tout. Moi qui suis une enorme dormeuse, j’etais persuadee que ca ne m’arriverait jamais. JA-MAIS.

Mais le fait est que j’ai beau me tourner et me retourner dans mon lit, rien n’y fait. Je fais 20 parties de bubble witch saga puis j’enchaine sur tetris. Je me dis que je devrais pas jouer avant de me coucher, ca va m’enerver. Comme les enfants. Alors j’essaie de lire mais les mots s’alignent les uns apres les autres sans faire de sens. Je n’y arrive pas. Alors je regarde ma timeline twitter.  Puis Facebook. Puis instagram. Oh et y’a quoi d’autre a regarder apres? Rien.

Alors je me retourne dans mon lit , je chope une peluche au hasard et je me concentre sur ma respiration. Ces putain de cours de sophrologie n’ont jamais rien donne sur moi.

Du coup j’ai decide de prendre des medicaments pour dormir.

Et du coup je dors. Comme avant. A savoir comme un loir. Comne un paresseux. Comme une putain de morte. Mais quand je dors je reve que tout s’arrange avec Richard et qu’il m’aime et qu’on s’aime et que c’est cool. Et le matin quand je me reveille je me sens comme une merde.

Je ne sais plus quoi faire. Ne plus dormir et continuer de prendre du guarana boost ++ pour tenir le coup ou dormir et avoir envie de m’ouvrir les veines tous les matins.

 

 

Related Post

3 Replies to “I was dreaming of the past and my heart was beating fast”

  1. Hey ! Si je puis me permettre. Je te lis depuis longtemps, c’est cool toussa… Take care! Et puis si tu veux, au lieu de checker FB, IG, twitter et tutti quanti, tu peux écouter les vidéos de Marion Ebershweiler sur YouTube, qui saura sans doute réveiller l’héroïne qui sommeille en toi. Il y a une playlist “coaching d’un héros” et une autre “réveille ta beauté naturelle”, un truc du genre. Moi ça me fait bcp de bien alors peut être qu’à toi aussi ça en fera. Bisouilles

  2. Conseil à 2 balles (mais bon …) : Essaie d’aller te défouler et te crever la paillasse le soir après le boulot sur un sport qui te ruine : perso, j’ai fait du bodycombat. Bon les premiers temps, c’est vrai, tu te sens (tu es) clairement ridicule avec tes petits poings qui battent dans le vide et tes pas chassés à la Balboa. Mais rapidement, et si ta prof est juste une guedin comme la mienne qui hurlait comme une possédée pendant tout le cours, et bien tu rentres dedans. Et tu en ressors en eau, dégoulinante (ce serait pas le soir à croiser l’autre au grand front là) mais tu ne cherches pas le sommeil longtemps, crois moi.
    Ce qui est sûr, c’est qu’il faut dormir. Serre les dents (et les fesses aussi, on sait jamais)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.