I’m hot like a oven

01339C’est le printemps. Le printemps.

Et je ne dis pas ça à cause des arbres qui bourgeonnent ou des filles en tongs alors qu’il fait 19°C. Je ne dis pas ça non plus à cause du calendrier maya, du calendrier aztèque ou celui de ton père.

Je vois que c’est le printemps parce que les mecs ont le feu au cul.

Je n’arrête pas de me faire draguer. Oui, je n’arrête pas. Et je ne dois pas ça à ma plastique de rêve, mon corps de meuf de clip de rnb, ma ressemblance vraiment troublante avec Aaliyah. Non. Que nenni. C’est le printemps.

Je me suis faite draguée dernièrement par 3 caissiers du Monoprix, un homme de ménage, le commercial beauf des imprimantes et pléthore de clochards ivres à moitié aveugle. Le haut du panier, la crème de la crème en somme.

Oui je vous fais rêver mais je me fais rêver aussi.

Related Post

3 Replies to “I’m hot like a oven”

  1. Ils sont really hot ces bâtards. De toute façon tu les mérite pas. tu es vraiment plus bonne qu’eux (J’le devine).

  2. isn’t it ?
    Mais, les mecs n’ont-ils pas constamment le feu au cul ? En tout cas, je ne pense pas avoir constaté une quelconque saisonnalité dans l’intensité / la fréquences de mes envies..
    N’est-ce pas plutôt la température qui fait que les corps se découvrent un peu qui fait que ces mecs ( qui je présume te croisent assez souvent) te draguent à ce moment précis ? En fait, n’as tu pas ressorti ce fameux jean du billet précédent ?

  3. ha oui c’est les mecs qui sortent pas quand il fait froid ils préfèrent rester comme les ours à la groote, à manger du pain dur plutôt que de sortir et coup comme l’air est respirable ils remettent le museau dehors et se mettent en chasse .. oui oui.. et souvent ils font aussi des boutons avec les premiers soleils .. comme les arbres…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.