Les première fraises

En ce moment chez nous ça ressemble à ça :

016

C’est joli n’est-ce-pas ???? Bon sauf qu’on est fin mars alors on serait pas faché que la neige s’en aille cette fois.

Mais chez nous on a aussi ça :

fraises

Image trouvée ici 

Quoi ??? des fraises en hiver ??? Chez moi ???  C’est vraiment le début de la fin.

Ben oui et non, ces fraises on me les a offert ou plutôt on les a offert à mon farfadet (qui les adore bien entendu). Mais ce n’est pas sans me poser un problème, et pas des moindres.

Bien sur ces fraises viennent d’Espagne. Les organisations écologiques estiment que les fraises d’hiver consomment 20 fois plus d’énergie que sa cousine la fraise d’été. Sans compter que le trajet pour relier l’Andalousie à notre Franche-Comté est long, très long (je me souviens avoir visité l’Andalousie en bus et on avait mis 26h pour s’y rendre), polluant bien entendu.

Bien sur, devant le cadeau nous avons été obligée de les gouter… que dire de plus qu’elles sont acides et qu’on y retrouve pas le gout de fraises qu’on apprécie tant. Bref, gustativement elles n’ont aucune valeur, nous sommes obligés de les couvrir de sucre, alors où est le plaisir quand on connait la saveur d’une fraise d’été ?

Des fraises en hiver (enfin le printemps mais depuis peu et vu le paysage autant dire que c’est encore l’hiver), ce n’est quand même pas naturel, il faut l’admettre.

En 2007, le WWF avait lancé une campagne pour faire connaître les conditions dans lesquelles sont produites les fraises espagnoles en hiver. Ils ont mis en évidence différents points plus que contestables :

– une destruction du paysage espagnol. En effet, les terres sont exploitées jusqu’à l’épuisement total. Les agriculteurs repoussent les limites de leur terrain et n’hésite pas à empiéter sur des espaces naturels et protégés (normalement).

– L’eau …. est une richesse qui n’est pas inépuisable en Andalousie…. et la culture de la fraise nécessite énormément d’eau.

– une biodiversité qui n’est pas respectée, comme par exemple le nombre de lynx qui disparait chaque année.

– Une utilisation massive de produits chimiques, pesticides, engrais, …. culture sur sable et sous plastique…

Article du WWF

J’ai beaucoup apprécié aussi l’article de Passerelle Eco qui est plus détaillé sur certains points, comme par exemple les nouvelles maladies qui se développent dans cette région d’Espagne, le devenir des plastiques utilisés, les produits chimiques utilisés et leurs effets sur la santé humaine, l’exploitation du personnel, … Bref, allez le lire il se lit très bien et est édifiant.

Article de Passerelle Eco

Maintenant j’ai de nouvelles questions :

– comment sont cultivés les autres fruits et légumes que l’ont trouve sur le marché hors saison ? Tomates, poivrons, …. (je n’ai aucune doute la dessus, de la même manière que les fraises d’hiver)

– et une question double : Est-ce que je mange ces fraises avec mes enfants en connaissant les produits chimiques utilisés et en sachant que les enfants (petits de surcroit) sont bien plus sensibles aux polluants, ou est-ce que je les jette à la poubelle mais dans ce cas je polluerai encore plus car la pollution émise pour un produit qui arrive à la poubelle me gène énormément. Je ne vais quand même pas les manger seule ….

Bref, la fraise d’hiver c’est bel et bien un cadeau empoisonné….

Related Post

3 Replies to “Les première fraises”

  1. Tout a fait d’accord avec toi, la 6 a diffusé un reportage a ce sujet il ya une quinzaine de jours et franchement c’est honteux de constater que les commerçants vendent des fuits et des légumes blindés d’agents chimiques sans meme avoir le recul des conséquences graves qu’ils peuvent avoir sur notre santé.

    Biz & bon weekend

  2. Je suis bien d’accord avec toi… et je ne saurai pas quoi faire dans ce cas ! Je pense que j’aurai essayé d’en parler avec les personnes qui m’ont fait ce cadeau… mais ce n’est pas évident, je l’avoue !

    Dans le reportage de M6 cité par Caly, on voyait des gens tout contents de trouver des fraises “pas chers”. Le chemin est encore long pour que les consommateurs reviennent aux choses essentielles et cohérentes ! respecter le cycle des saisons c’est aussi avoir du plaisir dans l’attente des bonnes choses.
    Je découvre ton blog, je continue ma lecture !

  3. Bonjour,
    c’est tout le problème de la société de consommation et du non respect de la saisonnalité.
    Je suis complètement d’accord avec toi. Nous mangeons bio et au maximum de saison ! Notre première motivation a été notre santé et le soucis écologique aussi.
    Sophie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.