Oh can’t you see it baby? You’ve got me going crazy

normal_britneyspears_mikeruiz1998_20Quand j’étais en 3ème j’étais tombée folle amoureuse de Nadir, le cousin de ma copine Amélie.

Il était plus vieux que moi, il faisait du break et il graffait, bref, il avait tout pour me plaire.

Il avait dit à Amélie que je lui plaisais. Oui moi, cette fille plate qui n’étais jamais sortie avec un garçon. Je vous laisse imaginer l’excitation de pucelle dont la chambre est tapissée de posters de Leonardo Di Caprio.

J’étais tellement en transe que j’en écrivais des poèmes. Avec des rimes en coeur bonheur sourire séduire. De la grande littérature adolescente.

J’étais devenue complètement gaga. Dans le vrai sens du terme. Il avait fait du thé glacé à la menthe et j’avais vu un signe divin parce que j’adorais le thé glacé et que mon thé préféré est le thé à la menthe. J’avais vu dans mon quartier un de ses graffs, j’étais devenue hystérique. Je me disais que le destin faisait exprés de nous envoyer des signes car nous étions faits pour être ensemble.

Le hic c’est que si je voulais sortir avec lui il fallait que je lui roule une pelle. Et ça pour moi c’était horsdequestionmemepasenreve. J’étais terrorisée à l’idée de devoir embrasser un mec. J’avais une excuse qui était “Je peux pas j’ai un aphte”. Mais j’ai pas d’aphtes tous les jours de ma vie. Donc la troisième fois ou nous devions nous voir (et donc concrétiser) je lui ai mis un plan. Tout simplement. J’ai paniqué. J’étais avec ma copine Jennifer qui me disait “Mais vas y mais vas y.” (la même Jennifer qui tomba enceinte à 16ans) et j’ai pas pu. Je suis rentrée chez moi et j’ai pleuré.

Puis j’ai écrit des poèmes avec des rimes en douleur malheur tristesse détresse. Pendant 2 ans j’ai ressassé cette histoire comme un vilain coup de sort, une injustice horrible dont j’étais la victime. Alors que c’est clairement moi qui ai mis un vent à ce mec super mignon dont j’étais folle. Et puis je suis enfin sortie avec un garçon. Et puis un autre et encore un autre.

Et nous voilà en 2012, 13 ans plus tard. 13 ans.

Un dimanche soir au coin du feu. Je passe sur ma page facebook et je vois une demande d’ami. Pour faire un peu crier  Sugar Daddy j’ai dit “Oh mais quelle est cette demande en ami de Nadir M… WHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAT?!” Je suis devenue toute rouge; Je me suis levée, j’ai marché en rond, j’ai dit environ 27 fois TRUCDEOUF, je suis partie dans la chambre, je suis revenue, je me suis rassise, j’ai envoyé un texto à mon meilleur ami. J’aurais jamais cru qu’il se souviendrait de moi. Je voulais refuser mais l’envie de ficanasser était bien trop grande. J’ai accepté. J’ai regardé toutes ses photos de profil, les commentaires, les publications, les centres d’intérêt.

Bon bah. Il est gros. Il est gros, il est inintéressant, on n’a aucun point commun, il a des amies qui commentent ses statuts “ayayay Nadir tya grossit looooooooool xx boussa <3″, il like des photos du groupe ” Sois bien avec toi même et tu seras bien avec les autres.” et il putain de like ses propres statuts. En 10 minutes c’est tout un pan de mon adolescence qui s’écroule. Nadir, mon amoureux inaccessible.

Comme quoi j’ai bien fait d’attendre.

Related Post

One Reply to “Oh can’t you see it baby? You’ve got me going crazy”

  1. Haha.

    Ou alors c’est depuis que tu lui as fait ce faux plan qu’il a perdu confiance en lui toussa toussa…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.