Prochaine couv de Sports Illustrated : MOI

387785474kQu’on se le dise, je ne suis pas une sportive.

J’ai fait de la natation, un peu, du basket, un peu, de la planche à voile et de l’escalade pas mal. Mais là lecteur je te parle d’un temps que les moins de 50 ans ne peuvent pas connaitre. Une fois arrivée au lycée j’avais mieux à faire genre du shopping genre poser mon cul le mercredi après midi dans les tribunes du stade sauvaigo pour mater les terminales jouer au foot.

Depuis que je suis à Paris, je n’arrete pas de me dire que je prendrais bien des cours de danse. De dombolo. Oui je suis ce genre de fille qui porte des boubous, des tresses plaquées et lève le poing en pleurant “AFRICA”.

J’exagère un peu la réalité (un peu).

La semaine dernière j’ai enfin posé mes couilles sur la table, i put my balls on the table. Je suis allée m’inscrire dans une salle de sport. La réceptionniste, pas du tout hystérque “Salut je m’appelle Linda, viens on se tutoie , tu vas voir le sport cest trop KEWL”.

Linda elle porte des escarpins vernis et des faux cils de 30 centimètres, je sais pas comment elle fait pour trouver la vie belle rien qu’avec ça déjà.

Moi j’étais surmotivée, gonflée à bloc en mode rebellion de la graisse. Du coup j’ai un peu regardé autour de moi, histoire de jauger un peu les machines du haut de mon redoutable mètre 58 genre “Tu me fais pas peur toi”, puis mon choix s’est posé sur ce vélo épileptique comme dit ma mère. J’ai mis 20 minutes difficulté 2. Je n’avais peur de rien.

Forcément, au début tu te dis que tu vas tout donner, tu te dis que tu vas épater la galerie, que les gens viendront vers toi te demander d’où te viens cette force quasi surnaturelle et ce charisme fou. Et toi tu répondras un seul mot ” VOLONTE”. Oui oui si si. Donc tu pousses tu te donnes à fond, tu transpires mais t’y vas à fond, tu te donnes à corps perdu. Et puis là tu regardes le moniteur et tu vois : “7 minutes 25 45 calories 39 mètres”. Soudainement tu transpires comme une vache, ton souffle se coupe, tes jambes se ramollissent et tu sens ton coeur te lâcher. Mais tu peux pas abandonner, non, tu peux pas abandonner. Tous ces gens à qui tu as donné tant d’espoir, qui t’ont érigée en tant que modèle, tous ceux là tu ne peux pas les oublier, tu dois continuer.

Alors j’ai arrêté de faire la maline, j’ai continué les 13 minutes non sans peine, si bien qu’en descendant j’ai cru que j’allais tomber dans les pommes et vomir. Oui, dans cet ordre. Toujours.

Et puis je suis allée sur une autre machine un peu plus cool parce qu’il y avait la télé et un reportage sur une pute belge sur nt1. Puis une autre machine, et une autre et une autre. Ouais j’étais unstoppable un peu. Une machine de guerre du fitness vois tu.

Et puis j’y suis retournée, re retournée et retournée encore une fois. Si bien que désormais j’ai l’impression que Linda et moi on est les BFF de la vie. Si bien que ça y est, mon cul a pris la forme de la selle du vélo.

Rigolez rigolez vous autres mais dans 6 mois quand je serai un canon ultime et que je porterai des brassières et des jeans taille basse vous ferez moins les malins.

Related Post

6 Replies to “Prochaine couv de Sports Illustrated : MOI”

  1. “ce genre de fille qui porte des boubous, des tresses plaquées et lève le poing en pleurant “AFRICA” MDR

    Moi j’ai découvert la machine à fabriquer un bon boule à la salle. Apparemment, ça fait aussi les cuisses. Je le squatte de temps à autres et les meufs à gros boule font la queue avec le seum en attendant que je finisse ma série Ahahahaaa #SuperConnard

  2. brassiere et jeans taille basse
    je comprend le fantasme du jean taille basse et de la brassiere mais non! c’est une sorte de reve qui nous vient des années 90-2000…! c’est ophelie winter et ensuite jlo qui ont pris posession de nos âmes… resiste! merde j’ai envie d’un beret que je mettrais a l’envers maintenant. BRAVO.

  3. Je revis ma première scéance à la salle de sport comme si j’y étais dis donc ! (dieu merci je n’y suis pas).
    j’ai tenu un an et depuis j’ai décidé que le sport, c’était mauvais pour la santé
    et puis sinon, au passage, très sympa ton blog !

  4. johnjohn : merci du coup ça me met la pression pour les prochains posts

    bl0nde : franchement si j’avais le vélo épileptique chez moi j’en ferais JAMAIS. Je le regarderais avec cette tendresse qu’on a envers les objets qu’on utilisera plus jamais genre la balance le cadre photo numérique ou le fer à friser gratos vendu avec les plaques.

    David : ce soir je t’ai fait honneur avec la machine pour le cul, demain avec les courbatures, je pense que je t’en voudrais.

    encore une fille : je ne sais pas trop si c’est moi qui comprends mal tes commentaires ou toi qui en comprends pas du tout mon blog. Mais merci.

    Laurie : Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.