Sans le sou.

Image_2En vérité je devrais être rentière.
Mon banquier me ferait des virements sur mon compte toutes les semaines pour que je puisse vivre et j’aurais pas besoin de contrôler mes dépenses.
Et comme ça m’éviterait d’être dans la merde.
Parce que vois tu lecteur j’ai un dilemme. Un vrai dilemme. En fait si tu veux même c’est un drame. Un drame déchirant. Une tragédie grecque quoi.

Bref.

Donc on peut dire que pour moi les finances c’est pas la joie. La faute à mon déménagement, la faute à mes dépenses frénétiques dans des vêtements totalement inutiles mais si mignons la faute à la vie quoi.

Et en fait ces derniers temps j’étais un peu en train de me tâter pour aller à New York.
Parce que j’ai déjà mon billet d’avion. Parce qu’aller à New York j’en rêve depuis la 6ème. Parce que j’ai envie de partir en vacances. Parce que je devrais partir avec Le Choup et je sais déjà que je rigolerai bien.

Mais j’ai même pas attendu que la bise soit venue pour faire de la merde.

C’est là mon drame.

Encore une histoire de coeur de raison, de bon sens et de folie.

Une tragédie grecque quoi.

Related Post

2 Replies to “Sans le sou.”

  1. c’est une référence à la fable ~~

    new york ca tue vraiment, ça vaut la peine de vendre ses 50 enfants pour y aller ne serait-ce qu’un week end. (oui, juste ça.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.