Torn

normal_21La première fois que je suis morte on fêtait les 18 ans de Jess.

La promenade des anglais, l’eau, la voiture, les palmiers et moi allongée sur la chaussée après avoir traversé le pare brise.

19 décembre 2003.

Plus le temps passe et plus c’est loin tout ça. Difficile de se faire plaindre 9 ans plus tard. De l’eau a coulé sous les ponts. Je n’ai plus le droit de me plaindre. Je n’ai plus le droit d’en parler. J’ai juste le droit d’avoir mal. Et de fermer ma gueule. D’avoir mal comme des coups d’électricité qui viennent qui partent qui s’affolent quand il commence à faire froid et qui tirent dans le bas de mon dos.

Mais je peux pas me plaindre. Jess est handicapée. On se parle une fois par an pour les anniversaires sur Facebook. Et ce dernier qui me suggère de voir les liens d’amitié. C’est drôle ça. Je sais pas quoi te dire facebook. On ne se parle plus mais on a partagé la même salle de réanimation il y a 9 ans. On est mortes ensemble mais on est plus des amies.

J’en fais peut être un peu trop. Je voulais pas faire pleurer dans les chaumières mais j’ai pas réussi à tourner la page. C’est pas si grave. C’est plus si grave. Mais c’est toutjours là dans moi. Dans mes photos dans mes journaux intimes, dans mes cicatrices dans mes douleurs. C’est toujours là et personne ne le comprendra jamais je crois.

Related Post

4 Replies to “Torn”

  1. Tout ce que tu mérites c’est une couette autour de toi, une bouilloire dans ton bas du dos et un bol de poulain chaud dans entre tes mains.

  2. Je comprend pas, c’est sur, mais je pense que c’est normal que se soit toujours là. Il arrive même qu’on ne se remette jamais de choses minimes alors quand ça touche vraiment..& on aura beau dire ” certains vivent des choses bien plus terribles, d’autres sont plus à plaindre que moi ” au fond ça reste les autres & ton histoire reste la tienne alors c’est normal qu’à tes yeux ça compte un peu plus. Qui plus est, on est toujours seul à porter ses blessures alors j’pense qu’en faire trop n’est pas nécessairement un problème. Bisous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.