Travel the nights riding a shooting star

038

On devrait mettre des avertissement sur les romans comme sur les paquets de clopes.

“Attention, lire trop de romans d’amour nuit gravement à la santé”. On devrait nous dire quand on est petite que la vie c’est pas ça. C’est pas Paul Eluard et Nusch, c’est pas Simone de Beauvoir et Jean Paul Sartre, c’est pas Phèdre et Hippolyte.

L’amour c’est la raison, c’est le pragmatisme, c’est rentrer le soir et manger un plat de pates en se racontant sa journée.

L’amour c’est pas braver des dragons, déchirer des drapeaux en feu avec les dents, fumer de l’opium dans un bordel d’Indochine pour oublier. C’est pas le Soleil, c’est la pas Terre, et encore moins les mille et une nuits.

Mon problème c’est que j’ai tout le temps envie de me battre. Pour un oui pour un non. Pour avoir l’impression que c’est important. C’est toujours important. Mais sans les larmes et le sang , ça ressemble moins à l’idée que je m’en faisais enfant.

Je ne suis pas drama queen. Je suis chevalresque. J’ai envie que chaque soir soit différent du précédent, que chaque nuit soit la porte à un nouveau lendemain.

Je m’ennuie vite. Je suis comme ça. Je me lasse. On s’ennuie de tout mon Ange. C’est une loi de la Nature ce n’est pas ma faute.

Et plus je m’ennuie et plus ma tête se remplie. Faire quelque chose. Parler écrire. Ecrire. 

 

Related Post

4 Replies to “Travel the nights riding a shooting star”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.